Eglise Notre-Dame de l'Assomption

​​​Evolution de l'architecture de l'église du XIème siècle à ce jour :

​L'Eglise Notre Dame de l'Assomption de Vernoux-en-Gâtine fut construite au début du XIIème siècle. Au ​11ème siècle, l'église de Vernoux est donnée par l'évêque  de Poitiers à l'abbaye de Bourgueil (37) qui avait été fondée à la fin du 10ème siècle. En 1102 l'évêque Pierre II confirme à Bourgueil la possession de l'église de Vernoux.

La partie en moellon, venant en agrandissement de ce premier édifice date quant à elle du XVe siècle.

En 1878 la sécurité des paroissiens fit obligation de démolir de fond en comble ce qui restait de l'église romane. On construisit alors, dans les années 1880, trois travées carrées (environ 6 m de côté) dans chacune des deux nefs correspondant aux deux travées orientales de la fin du Moyen Âge. 

Un clocher vint alors la mettre en valeur et trois cloches complétèrent successivement l'équipement de l'édifice en 1823 et en 1903. En 1968, une restructuration intérieure fut décidée (estrade, mobilier, etc…) et la configuration devint ce qu'elle est encore aujourd'hui. En 2004, une rénovation importante de l'intérieur de l'Eglise a donné un coup de jeune au monument : restauration des vitraux, sablage puis peinture des piliers et des voûtes, nettoyage des statues et du mobilier…

L'église  était primitivement entourée du cimetière, dont il reste sur la place une chapelle funéraire. En vient la pierre tombale de l'abbé François Codeau, né le 16 germinal 1800, mort le 21 février 1874, curé de Vernoux de 1828 à 1874 : elle est insérée à droite de la porte latérale sud.

Les travées de l'église sont contrebutées par des contreforts dont l'un est différent des autres.

En continuant le tour de l'église  par le chevet oriental, on verra les traces de deux larges baies gothiques flamboyantes avec traces de remplages. Elles mesurent plus de trois mètres de largeur et devaient donc éclairer superbement le chœur et ses deux parties puisqu'il n'y a pas de baie axiale.

Le long du mur nord, on verra dans la troisième travée à partir de l'est une porte romane en plein cintre, murée avec deux chapiteaux à deux têtes d'angle ; au centre on a inséré un autre chapiteau à tête humaine.


À l'ouest, le clocher-porche, dont l'étage des cloches est ouvert par deux fenêtres de style roman par côté, a une courte toiture.

La porte a quatre voussures en arc brisé. 

Suite aux destructions et reconstruction dans les années 1880, on retrouve ainsi  un plan comprenant le clocher et deux nefs égales avec cinq travées carrées, voûtées de la même façon et de mêmes dimensions (trois modernes et deux du 15e ou du début du 16e siècle).

Une nouvelle disposition intérieure :

Le plan en deux nefs égales ne correspond pas aux besoins d'une communauté d'aujourd'hui. Aussi, après le concile de Vatican II (1962-1965) qui autorisait la célébration de la messe face au peuple, selon la tradition du premier millénaire, un autel en pierre a été installé dans la troisième travée, du côté nord, où on a organisé un nouveau chœur. Le tabernacle, contemporain, a été placé contre le mur nord de la première travée ancienne.​


Sa porte est ornée du chrisme, lettres grecques X et P entrelacées, début du nom du Christ. Les bancs ont été disposés autour du nouveau chœur. De ce fait, la travée orientale qui servait de chœur a perdu son rôle et apparaît mise à l'écart, d'autant plus que ses deux grandes baies ont été bouchées.

Le résultat peut surprendre, mais c'était sans doute la meilleure disposition possible pour la prière d'aujourd'hui, le plan à deux nefs égales étant désormais inadapté. Les baies latérales des nefs ont des verrières non historiées. Les fonts baptismaux, à cuve ronde, contre le mur sud, sont entourés de l'ancienne grille de communion, dont une partie est disposée devant le tabernacle.

Le chemin de croix est fait de bas-reliefs polychromes.

On a conservé un confessionnal dans le coin sud-ouest.

Contre le mur nord de la première travée occidentale la plaque des « morts pour la France » de 1914-1918 et 1939-1945, porte leur liste surmontée d'une croix de guerre et des mots « Dieu », « Patrie ». On lit aussi :« Souvenez-vous devant Dieu et priez pour eux ».

Au mur ouest on a la liste des curés de 1793 à 2007.

une église au plan original avec une disposition contemporaine non moins originale.


Il y a peu de statues : dans la dernière travée orientale un Saint Pierre (au nord), une Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, un Saint Joseph avec Jésus enfant (au sud) ; au mur nord, à gauche de l'autel, une Vierge couronnée présentant Jésus qui ouvre les bras, une statuette de la Vierge aux mains jointes ; au mur ouest un Christ avec les stigmates de la Passion, et un ange portant une torche de son côté droit, qui a son correspondant, au mur est, portant une torche de son côté gauche ; sous le clocher, au mur ouest, une Vierge étendant les bras, avec son pied écrasant un serpent.


Un grand crucifix se trouve dans la travée nord-est.



Partager cette page

Nous contacter

Mairie
1 rue de l'Océan
79240 VERNOUX EN GATINE
 
Tél 05 49 95 83 03
Fax 05 49 95 95 72
Horaires d'ouverture

​Lundi et Vendredi de 9h00 à 12h00

Mardi et Jeudi de 9h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h00


Accès

Emplacement de la commune

Nous Contacter


Mairie
1 rue de l'Océan

79240VERNOUX EN GATINE

Courriel


05 49 95 83 03